Meilleures huiles de CBD disponibles en 2020 ; Meilleures Marques et produits

Rédigé par Zora Degrandpre, MS, ND & Gleb Oleinik, CBD Journalist
Dernière mise à jour
Leonard Haberman
Revu d'un point de vue médical par Leonard Haberman, Physician & Chemist
* A Leafreport, nous suivons des normes strictes lors du processus d'évaluation. En savoir plus sur notre processus d'évaluation.
* Leafreport peut recevoir une compensation financière. Voici comment nous gagnons de l'argent
* Notre évaluation porte une attention toute particulière aux utilisateurs et nous ne vérifions pas ou ne prenons pas position quant aux effets sur la santé.
* Les affirmations concernant les produits à base de CBD n'ont pas été évaluées par l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux.
* Veuillez en parler avec votre médecin avant chaque prise de CBD.
EN
Some links on this page may lead to an English site, but do ship to your country

Sommaire

Qu’est-ce que le CBD ?

CBD est l’abréviation de cannabidiol, l’une des centaines de substances (appelées cannabinoïdes) retrouvées dans les plants faisant partie de la famille du cannabis. A ce jour, nous pensons toujours que les cannabinoïdes jouent un rôle dans de nombreuses fonctions sur la plante elle-même, y compris la protéger contre les UV. Il existe plusieurs points importants à connaître sur le CBD.

  • Il est dérivé de la sous-espèce de cannabis connue sous le nom de chanvre industriel – il n’est PAS dérivé de la plante de marijuana. Le chanvre industriel a été développé précisément pour fabriquer de meilleures fibres de chanvre textile – nous ne savons cependant pas pourquoi il contient des niveaux aussi élevés de CBD comparé au THC, mais nous savons qu’il contient très peu de THC. Apprenez-en plus sur les différences entre le chanvre et la marijuana.
  • Il n’a pas de propriétés psychoactives. Ce qui revient à dire que le CBD ne produit pas l’effet qui vous fait “planer”. Il peut être utilisé pour soulager l’anxiété ou la dépression, mais ces propriétés ne doivent pas être confondues avec des propriétés psychoactives. Le CBD n’agit apparemment pas directement sur le cerveau.
  • Pour mieux comprendre ce point, prenons un exemple : les marguerites, les tournesols et les chrysanthèmes sont tous membres d’une même famille, mais ce sont des plantes très différentes, avec des fleurs très différentes. Le chanvre industriel est une variété de cannabis qui a été créée spécifiquement pour l’industrie, et tout particulièrement pour fabriquer de la fibre de chanvre. Au cours de ce processus, la plante modifiée a perdu la capacité de produire du THC (tétrahydrocannabinol), et donc, a perdu sa capacité à produire toute effet de “plane”.
  • Selon la loi américaine, les produits à base de chanvre ne peuvent pas contenir plus de 0,3 % de THC.
  • Suite à l’adoption de la Farm Bill de 2018 aux Etats-Unis, le chanvre industriel a été retiré de la liste des substances contrôlées de la DEA, rendant ainsi le chanvre industriel et ses produits dérivés, tels que le CBD, légaux dans les 50 États américains. La liste des pays où les produits à base de CBD, extrait du chanvre, sont légaux est en constante évolution, mais elle comprend actuellement la majorité des pays d’Europe, le Canada, l’Argentine, le Pérou, l’Afrique du Sud et la Turquie. Il est alors important de vérifier le statut juridique du CBD dans chaque pays.

Même si le CBD dérivé du chanvre a été retiré de la liste des substances contrôlées de la DEA, dans certaines juridictions, les services de police ont un pouvoir discrétionnaire et peuvent décider que l’achat, la vente ou la possession de CBD peut être en violation de la loi locale.

A quoi sert le CBD ?

Les recherches sur les utilisations potentielles du CBD n’en est qu’à ses débuts, mais il a été démontré que le CBD peut être util pour :

Les recherches sur les autres utilisations du CBD, y compris le traitement des maladies cardiaques, de la maladie de Parkinson, de la sclérose en plaques, du diabète, des troubles psychotiques, des troubles liés à l’addiction et du cancer, se poursuit. À ce stade, il est trop tôt pour faire des déclarations définitives concernant les bienfaits du CBD en ce qui concerne ces conditions.

Il faut cependant garder à l’esprit que ce n’est jamais une bonne idée de se soigner soi-même, sans l’intervention d’un professionnel de santé. De plus, certaines personnes estiment que dès lors que c’est naturel, cela ne peut pas nuire à qui que ce soit. Cependant, le cyanure est un produit naturel que l’on retrouve, par exemple, dans les baies de sureau qui ne sont pas totalement mûres. Et le cyanure, comme nous le savons bien, est un poison. Il est donc conseillé de travailler avec un professionnel de santé bien informé, qui peut déterminer objectivement la meilleure façon de s’occuper de votre cas.

Les effets indésirables du CBD

Le CBD peut avoir des effets indésirables. Ces effets sont généralement mineurs et ne durent pas très longtemps, mais le CBD peut interagir avec d’autres médicaments. Il a été démontré que le CBD est sûr lorsqu’il est administré à des doses de 300 mg/jour pendant six mois et à des doses plus élevées (1200-1500 mg/jour) pendant un maximum de quatre semaines.

Parmi les effets indésirables, nous pouvons citer la sécheresse buccale, la diarrhée, la réduction de l’appétit, la fatigue, la somnolence et les sautes d’humeur. Parfois, ce sont aussi des effets désirés, mais ces altérations peuvent devenir un problème. Par exemple, si une personne utilise du CBD pour s’endormir plus facilement, c’est bien, mais si ce même CBD la rend somnolente lors des trajets en voiture pour aller au travail, c’est aussi un problème.

De plus, le CBD peut interagir avec des médicaments délivrés sur ordonnance, et même parfois de manière significative. D’importantes interactions peuvent se produire entre le CBD et les médicaments antiépileptiques comme le clobazam (Sympaza™, Onfi®) et l’acide valproïque (Depakote, Depakene, Stavzor). Les personnes qui prennent ces médicaments doivent consulter un médecin avant de consommer du CBD.

Le CBD peut augmenter les taux sanguins d’antibiotiques (macrolides), d’inhibiteurs calciques, de benzodiazépines, de ciclosporine, de sildénafil (ainsi que d’autres inhibiteurs de la PDE5), d’antihistaminiques, d’halopéridol, d’antirétroviraux et de certaines statines (atorvastatine et simvastatine, mais pas la pravastatine ni la rosuvastatine). Le CBD peut également augmenter le taux sanguin d’ISRS, d’antidépresseurs tricycliques, des antipsychotiques, de bêta-bloquants, d’opioïdes, y compris la codéine et l’oxycodone, et des agents anticoagulants. Pour finir, si vous avez des antécédents cardiaques, hépatiques ou rénaux ou si votre système immunitaire est affaibli, consultez votre médecin ou votre spécialiste avant d’utiliser du CBD.

Il est important de garder à l’esprit que, selon le US National Cancer Institute (l’Institut national américain du cancer, NCI), le CBD a un faible potentiel de dépendance.

Comment le CBD agit-il ?

Les humains et les autres animaux ont un système naturellement présent dans leur corps appelé le système endocannabinoïde (ECS) et il tient son nom des cannabinoïdes trouvés dans les plants de cannabis.

Le corps transmet des signaux principalement en utilisant l’interaction récepteur-ligand. Il s’agit d’un système que l’on peut assimiler à des serrures et des clés où le récepteur est la serrure et le ligand correspond à la clé. Il existe des ligands/clés produits naturellement, les endocannabinoïdes, et des récepteurs/serrures retrouvés dans le corps. Le système endocannabinoïde se met en marche dès lors que des endocannabinoïdes/clés se lient aux récepteurs/verrous pour agir ensuite sur divers systèmes biologiques tels que le tissu nerveux qui régit l’appétit, les systèmes immunitaire et digestif et le tissu nerveux qui sert de médiateur dans la réponse à la douleur, le cycle du sommeil, la libido, l’humeur, la mémoire, la fonction musculaire et la régulation de la température.

Il existe deux types de récepteurs/serrures dans le SEC, appelés récepteurs CB1 et CB2. Le récepteur CB1 se retrouve principalement dans le système nerveux central, qui comprend le cerveau et la moelle épinière. Le THC se lie principalement aux récepteurs CB1 et c’est ainsi qu’il semble produire un effet de “plane”.

Les récepteurs CB2, en revanche, se retrouvent dans le système nerveux périphérique. Ce système se compose des nerfs qui opèrent dans les bras, les jambes et dans tous les autres emplacements autres que dans le cerveau et la moelle épinière. Le CBD se lie principalement aux récepteurs CB2 en dehors du cerveau et de la moelle épinière. C’est l’une des raisons pour lesquelles le CBD ne produit pas d’effet de “plane” comme le THC : différents récepteurs entraînent différents effets.

Le CBD semble toutefois ralentir la dégradation des cannabinoïdes naturels tels que l’anandamide, qui se lie aux récepteurs CB1. Nous pensons que c’est le mécanisme par lequel le CBD réduit l’anxiété et la dépression. Il le fait en permettant à l’endocannabinoïde naturel de rester plus longtemps sur place et d’affecter l’humeur pendant une période plus longue. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, il s’agit d’un effet indirect sur le SEC et ce n’est pas considéré comme un effet psychoactif.

Les récepteurs humains qui se lient au CBD

Comment prendre du CBD—et sous quelle forme ?

Le CBD se présente sous la forme d’huiles, de capsules, de crèmes ou de lotions et sous des formes comestibles, souvent sous forme de “bonbons”. Il peut être fumé, inhalé, ingéré ou appliqué sur la peau. La forme qui vous convient le mieux dépend d’un certain nombre de facteurs personnels et de la nature de votre condition. Voici quelques recommandations.

  • Votre “mantra” doit être “Commencer bas et augmenter doucement”.
    • Commencez avec la plus faible quantité possible et augmentez-la doucement jusqu’à ce que l’objectif (réduction de la douleur, amélioration de l’humeur, sommeil) soit atteint. Donnez au CBD le temps d’agir, cet intervalle de temps dépendra de la méthode d’administration choisie.
  • Fumer du CBD peut être la méthode d’administration la plus rapide (ses effets se font ressentir en quelques minutes seulement), mais c’est aussi la moins étudiée et la moins recommandée en raison du mélange de substances potentiellement nocives produit par l’exposition à une température élevée.
  • Le vapotage est possible grâce à un système qui chauffe l’huile de CBD en dessous du point de combustion et cette méthode est considéré comme plus sûr que le fait de fumer. Cependant, même à des niveaux de température plus bas, des contaminants peuvent être produits.
    • Assurez-vous que votre huile a été “hivernisée”, ce qui signifie que la cire cuticulaire de la plante a été enlevée. La cire cuticulaire a des effets qui restent inconnus et peut interférer avec la respiration normale. Pour déterminer si l’huile a été “hivernisée”, pour chaque marque d’huile de CBD, vous devrez peut-être consulter les informations concernant leurs procédures d’extraction. L’extraction à l’éthanol permet d’éliminer la majorité de la cire, bien que l’extraction au CO2 supercritique soit plus efficace. Vous pouvez aussi appeler l’entreprise et demander – si elle ne sait pas ou ne veut pas répondre, il est préférable de rester loin de cette marque.
    • Assurez-vous que votre huile n’utilise pas d’agents diluants tels que le propylène glycol et/ou le polyéthylène glycol. Lorsqu’elles sont chauffées, ces substances peuvent produire des substances cancérigènes et peuvent également déclencher de l’asthme et d’autres effets sur les voies respiratoires.
    • Parmi les agents diluants actuellement utilisés, la glycérine végétale et les autres huiles naturelles sont probablement les plus sûres.
    • Si vous décidez de vapoter ou de fumer, commencez par une ou deux inhalations et attendez 10 à 20 minutes pour que les effets du CBD se fassent ressentir. Augmentez votre dose en prenant 1 à 2 inhalations supplémentaires si nécessaire.
      • Cette approche plus sûre est beaucoup plus facile à utiliser avec une cigarette électronique jetable ou un dispositif similaire qu’en fumant l’huile directement.
  • Les méthodes d’administration orale de CBD peuvent prendre la forme de capsules, de produits comestibles, d’huiles et de pulvérisateurs.
    • Les huiles sont généralement délivrées sous la langue. L’huile de CBD peut avoir un goût “auquel il faut s’habituer” et il n’y a pas de papilles gustatives sous la langue.
    • Les pulvérisateurs sont généralement utilisés sur la face interne des joues.
    • Les aliments peuvent prendre un peu plus de temps pour faire effet (1 à 2 heures), mais les effets durent généralement plus longtemps.
    • Commencez en prenant ¼ du bonbon ou du biscuit et augmentez doucement les quantités consommées.
    • Les produits à base de CBD ne devraient pas être à portée des enfants. Nous ne savons tout simplement pas comment ils pourraient réagir et quels pourraient être les effets indésirables qui en résulteraient, alors assurez-vous que votre CBD, en particulier les produits comestibles, soient gardés hors de portée des enfants. Il en va de même pour les animaux. Ils sont peut-être vos meilleurs amis, mais cela ne signifie pas qu’ils réagiront comme vous au CBD !

  • Les produits à application topique se présentent sous forme d’huiles, de crèmes et de lotions, mais vous pouvez percer une capsule ou un comprimé avec une épingle de sûreté et utiliser l’huile qu’il contient en l’appliquant sur la peau.
    • Les huiles et les teintures sont généralement la forme la plus concentrée de CBD, tandis que les pulvérisateurs ont tendance à être moins concentrés.</li?
    • Les crèmes ont tendance à être mieux absorbées et plus faciles à appliquer, mais peuvent être fournies à des concentrations plus faibles. Les crèmes sont mieux adaptées lorsque la zone à traiter est relativement petite comme un genou, un poignet, un doigt ou un muscle isolé.
    • Les lotions peuvent être un peu “liquides”, tout comme les huiles.
Récepteurs cutanés du CBD

Il n’existe pas de norme qui consiste “à en prendre avant chaque repas” en ce qui concerne le CBD. En général, lorsqu’il est vapoté, environ 50 % du CBD est biodisponible ou, en d’autres termes, environ 50 % de la quantité de CBD contenue dans le liquide de la cigarette électronique peut être absorbée par votre corps. En ce qui concerne le CBD pris par voie orale et topique, la biodisponibilité peut varier de 5 à 30 % environ. Elle peut être influencée par un certain nombre de facteurs, y compris le mode d’administration, la capacité de votre foie à le métaboliser, votre poids et la fréquence de consommation. Pour les applications topiques, l’absorption peut dépendre de la quantité de graisse sous la peau. Dans la plupart des cas, les applications topiques n’agissent que sur cette zone spécifique de la peau.

Il faudra donc que passiez par un processus d’essais et d’erreurs, en gardant toujours à l’esprit le principe “commencer bas et augmenter doucement”. Bien que cela puisse prendre un certain temps, c’est aussi la façon la plus sûre et la plus rentable de procéder. Prenez votre temps et “restez” à l’écoute de votre corps. Pour la plupart des gens, le temps et les efforts consacrés à trouver le meilleur dosage vaut la peine, car vos recherches constituent un investissement pour obtenir les effets que vous recherchez.

Quelle quantité de CBD agit vraiment sur l’organisme ?

L’étiquette de nombreux produits peut sembler déroutante. Pour certains produits, seule la quantité totale de CBD retrouvée dans tout le produit est indiquée (ex. crèmes, lotions). Vous devez donc faire un peu de gymnastique mentale et deviner la quantité de CBD que vous utilisez réellement. Si vous utilisez des bonbons, par exemple, c’est plus facile. Si chaque bonbon contient, par exemple, 1 mg de CBD et que vous le coupez en quatre, chaque quartier contiendra environ 0,25 mg de CBD.

Pour les huiles, la concentration est donnée en mg/mL. Pour la plupart des compte-gouttes, il y a 20 gouttes par mL, donc une goutte équivaut à environ 1/20e ou 5 % de la quantité totale en mg. Si, par exemple, le flacon entier a un volume de 30 mL et que ces 30 mL contient 1 500 mg de CBD, la quantité de CBD/mL est de 1 500 mg/30 mL= 50 mg/mL. S’il y a 20 gouttes/mL, vous avez alors 50 mg/20 gouttes ou encore 2,5 mg/goutte.

Les différents types d’extraits

Il y a trois variétés d’extraits de base qui contiendront le CBD.

Spectre complet :

Le CBD à spectre complet contient des composés présents naturellement dans la plante, y compris des terpènes, des huiles essentielles ainsi que d’autres cannabinoïdes. Etant donné que le chanvre industriel contient de très faibles quantités de THC, les produits à spectre complet peuvent aussi contenir du THC. Pourquoi utiliser le spectre complet ? En phytothérapie, nous avons longtemps cru qu’un extrait contenant autant de composés naturels sous leur forme naturelle offrait une meilleure valeur thérapeutique parce que la plante possède naturellement des substances qui aident à contrôler l’action d’autres substances. C’est ce que l’on appelle parfois “l’effet d’entourage”. Par exemple, dans les souches de plantes qui contiennent du THC (rappelons que le chanvre en contient très peu), le CBD agit souvent pour contrôler, en quelque sorte, les actions du THC. On pense que les autres cannabinoïdes, les terpènes et les autres constituants de la plante jouent un rôle dans l’effet d’entourage.

Large spectre :

Dans le CBD “à large spectre”, tout le THC est éliminé. Cet extrait contient donc du CBD, d’autres cannabinoïdes et, selon la procédure d’extraction utilisée, des terpènes ainsi que d’autres substances contenues dans la plante.

Isolat de CBD :

C’est la forme la plus pure de CBD. Tous les autres cannabinoïdes, terpènes, huiles essentielles et autres substances ont été éliminés.

Chaque forme de CBD présente des avantages et des inconvénients. Pour certaines formes d’épilepsie et dans certaines études sur les animaux, par exemple, de très petites quantités de THC semblent être bénéfiques et le CBD à spectre complet semble être utile.

Le CBD à large spectre conserve la plupart des autres cannabinoïdes naturels, des terpènes et des huiles essentielles retrouvés dans la plante. Il s’agit d’une forme comparable aux médicaments traditionnels à base de plantes. Elle peut avoir une forte odeur et un goût prononcé, mais peut être utilisée pour de nombreuses conditions différentes, sans pour autant ressentir les effets psychotropes.

L’isolat de CBD sera sans goût (sauf si un arôme est ajouté) et sans odeur. De plus, vous ne courrez pas le risque d’être testé positif au THC ou de ressentir des effets psychoactifs. Il contiendra surement aussi la plus forte concentration de CBD.

Autres questions de sécurité

Le CBD, sous quelque forme que ce soit, peut être conservé au réfrigérateur, mais il n’est pas non plus nécessaire de le conserver au frais. Il peut également être stocké à température ambiante, mais dans un récipient sombre et à l’écart de toute source de chaleur.

Le CBD est liposoluble plutôt qu’hydrosoluble. Prenons l’exemple de la vinaigrette et des sauces à base d’huiles pour salades : les fractions huile et eau se séparent car les substances qui peuvent se dissoudre dans l’huile ne peuvent généralement pas se dissoudre dans l’eau et vice versa.

En quoi est-ce important ? C’est important car différentes méthodes d’extraction peuvent être utilisées pour “extraire” le CBD de la plante. Les deux meilleures méthodes d’extraction utilisent l’éthanol ou, mieux encore, un procédé appelé “l’extraction au CO2 supercritique” qui permet d’obtenir un CBD pur et de haute qualité avec très peu de contaminants.

L’extraction à l’éthanol utilise de l’éthanol (également connu sous le nom d’alcool de grain) comme solvant. Ce procédé ne permet pas de dissoudre une grande partie de la substance cireuse qui se trouve dans la plante. L’extraction à froid de l’éthanol peut également laisser les terpènes du cannabis intacts. Les terpènes donnent à l’huile de CBD son goût et peuvent également avoir une certaine valeur médicinale. Cependant, la chlorophylle, les lipides et d’autres composants du chanvre ne sont pas aussi bien extraits et le processus peut altérer le goût de l’huile de CBD.

L’extraction au CO2 supercritique utilise du CO2 refroidi qui passe par une température et une pression croissantes pour extraire le CBD. La température et la pression peuvent être ajustées pour “affiner” les substances extraites du chanvre. L’extraction au CO2 sous-critique permet de conserver les terpènes et les huiles essentielles.

L’extraction au CO2 supercritique présente certains avantages par rapport aux méthodes plus traditionnelles d’extraction à l’éthanol : l’extraction au CO2 supercritique permet d’éliminer les cires, la chlorophylle, les lipides, les terpènes ainsi que d’autres substances tout en gardant le CBD. L’extraction au CO2 sous-critique présente aussi ces avantages, mais permet aussi de conserver les terpènes et autres huiles essentielles. Le principal inconvénient de ces deux méthodes d’extraction au CO2 est qu’elles peuvent être coûteuses et longues à réaliser.

Le chanvre qui sert à produire du CBD devrait être cultivé de manière biologique et durable, idéalement. L’agriculture biologique vous garantira que le produit ne contient pas de pesticides. L’agriculture durable garantira la protection des approvisionnements futurs. Vous devrez vérifier auprès des entreprises comment elles cultivent ou produisent leur chanvre.

Dans le même ordre d’idées, le CBD devrait être récupéré sur la plante de chanvre, plutôt que dans les graines. Les graines de chanvre ne contiennent que des traces de CBD. L’huile de graines a une certaine valeur nutritive et est souvent utilisée dans d’autres produits tels que les produits cosmétiques.

Pour obtenir une huile CBD de bonne qualité, vous devez également rechercher des produits qui sont testés par un laboratoire indépendant : c’est-à-dire que l’huile doit être testée par un laboratoire objectif afin que vous soyez certain que la quantité de CBD affichée sur l’étiquette est bien présente dans le produit. C’est important car les plus grandes et plus qualitatives marques de CBD utiliseront toujours des laboratoires indépendants qui servent à contrôler la qualité. Le producteur saura et VOUS saurez aussi que la quantité de CBD indiquée sur l’étiquette de la bouteille est bel et bien la même que celle présente dans la bouteille ou dans un autre récipient.

Où pouvez-vous acheter de l’huile de CBD ?

Selon votre lieu de résidence, vous pouvez vous procurer de l’huile de CBD au magasin du coin, à la pharmacie locale, dans un dispensaire ou en ligne.

Le prix peut être déroutant, mais l’approche la plus simple consiste à examiner le prix du CBD par mg. Il faudra alors d’abord calculer la quantité totale de CBD contenue dans le produit. Comme indiqué précédemment, il peut s’agir de la quantité indiquée sur l’étiquette.

Prenons l’exemple d’une bouteille de 30 mL qui contient un total de 510 mg de CBD, ce qui correspond à 17 mg/mL. Si le prix de cette bouteille est de 39,99 $, alors 39,99 $/510 mg = 0,0607 $/1 mg ou environ 6 cents par mg.

Voici un autre exemple concernant les gélules : si vous avez 30 gélules dans une bouteille, vous obtenez 15 mg par portion (une gélule) et la bouteille coûte 34,99 $, alors le coût d’une seule gélule de 15 mg est de 34,99 $/30 = 1,17 $ par gélule. Le prix par mg est de 1,17 $/15 mg ≈ 0,08 $/mg.

Chez Leafreport, notre mission est de vous aider à trouver le meilleur produit à base de CBD, avec la meilleure qualité et au prix le plus économique. Nous vous fournirons également d’autres critères, y compris les types de produits, la transparence et la réputation de la société ainsi que d’autres informations pertinentes.

Le goût

Beaucoup pensent que les huiles de CBD ont un goût auquel il faut du temps pour s’habituer. C’est pourquoi de nombreuses entreprises produisent des huiles aromatisées et des produits comestibles. Vos propres goûts et préférences peuvent à ce moment-là vous servir de guide. Les arômes de fruits sont souvent perçus comme étant capables de masquer le goût du CBD de manière plus efficace que les autres arômes, mais si vous avez un faible pour la menthe chocolatée, essayez-la !

Pour finir…

En fonction de votre lieu de résidence, le statut légal du CBD peut varier. Nous vous invitons alors à faire des recherches sur les questions légales associées au CBD dans votre région. Aux Etats-Unis, les produits créés à partir du chanvre contenant moins de 0,03 % de THC sont légaux à l’échelle fédérale mais cela peut varier en fonction des Etats.

Si vous devez passer un test qui dépiste les drogues à votre travail, il peut y avoir des faux positifs pour le THC selon la qualité des tests effectués et le laboratoire utilisé. Les structures chimiques du THC et de la CBD sont similaires. C’est ce qui peut conduire à un résultat faussement positif lorsque le test utilisé par un employeur n’est pas suffisamment spécifique ou sensible. Si vous vous retrouvez dans cette situation, insistez pour que tous les tests réalisés puissent faire la distinction entre le CBD et le THC. Ces derniers ont tendance à être plus coûteux. Chaque test a un potentiel inhérent de faux positifs, donc demander des tests supplémentaires de manière répétée est une autre possibilité. Enfin, dès lors que vous achetez du CBD de bonne qualité dont la teneur en THC (ou l’absence de THC) a été vérifiée par des tests effectués par des laboratoires indépendants, vous serez protégé contre les résultats faussement positifs.

VOUS AVEZ AIME CET ARTICLE ? PARTAGEZ-LE !
A propos des auteurs
Dr. Zora DeGrandpre practices naturopathic medicine (home visits) in rural Washington and is a professional medical and scientific writer and editor, specializing in naturopathic, functional, botanical and integrative medicine. Dr. DeGrandpre has degrees in drug design, immunology and natural medicine and has extensive research experience in cancer and molecular immunology. In her practice, Dr DeGrandpre has found the use of CBD with elderly patients and others to be safe and clinically effective. She brings to all her writing a straightforward approach that is accurate, clear and authentic.
Gleb Oleinik
Gleb Oleinik
CBD Journalist
Gleb Oleinik is a freelance health writer and Journalist from Vancouver, Canada. He’s read thousands of research studies about various supplement ingredients, enabling him to translate complex health information into simple language. Gleb specializes in CBD and has personally tried and reviewed dozens of CBD products. He’s knowledgeable about the ins and outs of the CBD industry as well as the science and research behind this popular natural remedy.
Leonard Haberman
Leonard Haberman
Physician & Chemist
Dr. Leonard Haberman is a physician and chemist who has been involved in solving chemical and medical problems for 43 years. He graduated from New York University as a dual major in chemistry and biology and went on to obtain a PhD in chemistry from the University of Minnesota where his focus was synthetic methods. He spent 18 years with the Shell organization, working in a mixture of technical and business roles. He returned to the university in 2005, graduating with an MD degree in 2009. He has published in the open literature and in the proprietary literature of the Shell organization. He holds two patents and currently works as a consultant, assisting clients with projects within the disciplines of medicine and chemistry that have potential business applications.
Nous suivre
Clause de non-responsabilité
Tout le contenu du site LeafReport, tels que les écrits, graphiques, images et tout autre matériel présenté sur le site de LeafReport a été créé à des fins informationnelles uniquement. Le contenu n'est pas destiné à remplacer l'avis d'un professionnel de santé, un diagnostique, ou un traitement. Consultez toujours votre médecin traitant ou d'un autre professionnel de santé pour toute question concernant votre condition médicale. Ne négligez pas l'avis d'un professionnel de santé ou ne retardez pas votre visite chez le médecin en raison d'un élément que vous avez lu sur le site LeafReport !