CBD 101: Le guide suprême sur le cannabidiol

Qu’est-ce que le CBD ? Comment fonctionne le CBD ? Le CBD comparé au THC ; Est-ce que le CBD vous fait planer ? Est-ce que le CBD apparaîtra lors d’un contrôle anti-dopage ? Quels sont ses vrais avantages ? Quels sont ses effets secondaires ? Est-ce que le CBD est autorisé par la loi ? Vous trouverez ici tout ce que vous devez savoir sur le CBD et le cannabidiol.
Diana Rangaves
Rédigé par Diana Rangaves, PharmD, Clinical Consultant, Google Scholar
Dernière mise à jour

Le cannabidiol (CBD) était catalogué, il y a encore quelques années “comme étant le composé le moins bien compris de la planète” par de nombreux apologistes de la marijuana. Cependant, durant les 20 dernières années, 33 états aux Etats-Unis ont accepté l’utilisation, à des fins médicales, du CBD contenu dans la marijuana. De plus, à l’échelle fédérale, le CBD contenu dans le chanvre est autorisé par la 2018 Farm Bill.

L’utilisation et la popularité du cannabidiol (CBD) sur le marché américain sont en hausse. Les experts de l’industrie prévoient que la part des revenus de la CBD dépassera 2 milliards de dollars en 2020. Selon de récentes études, environ 7 % des Américains utilisent des produits à base de CDB. Selon Cowen & Co, les estimations montrent une augmentation de la consommation de produits à base de CBD de 10 % d’ici 2025, car les consommateurs recherchent de meilleurs traitements alternatifs pour traiter leurs conditions médicales. Le CBD, selon Consumer Reports, est plus populaire chez les jeunes dans la vingtaine, et moins chez les personnes âgées de plus de 60 ans. Les données démographiques basées sur le sexe des consommateurs établissent que les femmes sont plus susceptibles d’utiliser le CBD à des fins de bien-être, contrairement aux hommes qui l’utilisent davantage à des fins sociales et spirituelles.

Comprendre le CBD

Qu’est-ce que le CBD ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le cannabidiol (CBD) est l’un des composés cannabinoïdes naturels présents dans les plants de cannabis. Le CBD est un composé à 21 carbones à base de phénols et terpènes, formé par un processus de décarboxylation d’un précurseur de l’acide cannabidiolique.

Le CDB est la deuxième substance active la plus présente dans les plants de cannabis (marijuana). Depuis de nombreuses années, il constitue une partie importante de la marijuana médicale. Il est extrait directement du chanvre, un cousin du plant de cannabis. Il est utilisé dans des produits tels que les aliments, les bonbons et les huiles utilisées pour procurer une sensation de calme et de décontraction.

Les résultats des études précliniques et cliniques montrent que le CBD possède d’importantes propriétés anticonvulsives, anti-inflammatoires, antioxydantes, antidépressives, antitumorales, antipsychotiques et neuroprotectrices. Selon une étude publiée en octobre 2018, le CBD n’a pas de propriétés intoxicantes, il ne fait pas planer. Les partisans du CBD affirment qu’il peut traiter efficacement des conditions telles que l’anxiété, les douleurs chroniques, l’arthrite rhumatoïde, le cancer, le SSPT, la sclérose en plaques ainsi que les maladies cardiovasculaires. Des études sont en cours aux États-Unis et dans d’autres pays pour déterminer l’effet du CBD sur ces maladies ainsi que sur d’autres conditions médicales.

Identification de la substance

  • Apparence physique : un solide cristallin
  • Masse moléculaire : 314
  • Formule chimique : C21-H30-O2
  • Dénomination Commune Internationale (DCI) : Cannabidiol
  • Numéro d’inscription au Chemical Abstract Service (CAS) : 13956-29-1
  • Autres dénominations chimiques : CBD, 2-[1R-3-methyl-6R-(1-methylethenyl)-2-cyclohexen-1-yl]-5-pentyl-1,3- benzenediol ;

Différence entre le CBD et le THC ?

Le CBD (cannabidiol) et le THC (tétrahydrocannabinol) sont les principaux cannabinoïdes naturels présents dans les plants de cannabis Sativa. Ils ont la même formule chimique et tous deux agissent sur le système endocannabinoïde du corps. Cependant, il existe une différence dans la disposition de leurs atomes. Cela explique leurs effets différents sur l’organisme.

De par leurs structures moléculaires, le CBD et le THC agissent différemment sur les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde. Alors que les deux se lient au récepteur CB2, leur interaction avec le récepteur CB1 diffère. Selon le National Center for Biotechnology Information (NCBI), le THC se lie directement au CB1. Cette liaison, une fois terminée, entraîne des réactions qui transmettent au cerveau des signaux responsables des sentiments d’euphorie associés à la marijuana. Des études basées sur l’imagerie cérébrale révèlent qu’une augmentation du flux sanguin est observée dans la région du cortex préfrontal du cerveau, lors d’une intoxication au THC. Cette région est responsable de l’attention, de la prise de décision et d’autres fonctions exécutives, telles que l’autosurveillance, l’initiation de tâches et l’organisation. Une overdose de THC peut affecter ces fonctions exécutives à des niveaux qui diffèrent en fonction des individus.

Le CDB, en revanche, ne se lie pas directement au récepteur CB1. Sa présence, selon les études réalisées, peut annuler la connexion entre le THC et les récepteurs CB1 dans un processus, neutralisant les effets élevés induits par le THC.

Le THC est le principal composé psychoactif responsable de la sensation qui vous fait planer retrouvé dans la marijuana. Il est disponible sous forme de teintures, d’huiles, de capsules, de produits comestibles et sous bien d’autres formes encore. Il peut également être consommé en fumant de la marijuana. Contrairement au THC, “le CBD n’a pas d’effets psychoactifs. Cela le rend attrayant pour toutes les personnes qui ne sont pas intéressées par les sensations qui vous font planer, mais qui souhaitent plutôt bénéficier des autres avantages offerts par le CBD”, a déclaré Sara Ward, pharmacologue à la Temple University de Philadelphie.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le CBD ne montre pas de risque d’abus ou de dépendance. En outre, il n’existe à ce jour aucune preuve de problèmes de santé publique liés à l’utilisation de CBD pur.

“Le CBD fait partie intégrante de mon entraînement et de mon régime après le combat, accélérant le processus naturel de guérison de mon corps”, explique Anthony. Sergio ajoute : “Plutôt que de me fier à des anti-inflammatoires potentiellement nocifs tels que le Tylenol et l’Advil, je me suis tourné vers le CBD et j’ai vu des résultats incroyables sans effets secondaires”.

Anthony and Sergio Pettis (professionnels dans les arts martiaux mixtes (MMA) et Combattants UFC)

Mécanisme d’action : comment fonctionne le CBD ?

Le CBD et le cerveau

Les récepteurs cannabinoïdes présents dans l’organisme sont responsables de la régulation de nombreux processus différents que nous réalisons quotidiennement, tels que l’appétit, l’humeur, la sensation de douleur et la mémoire. Le système est activé par des endocannabinoïdes naturels, les CBD, ou par la plante, les cannabinoïdes retrouvés dans le chanvre. Le CBD exerce son influence thérapeutique sur l’organisme de différentes manières :

Le CBD se lie davantage à d’autres récepteurs et canaux ioniques non cannabinoïdes que le THC, qui se lie fortement aux récepteurs CB1 et CB2. Le CBD active des récepteurs, y compris le récepteur de sérotoninergique 5-HT1A (hydroxytryptamine), le récepteur vanilloïde, les récepteurs de l’adénosine, le RCPG55 et les PPAR.

Le CDB fonctionne également en agissant sur de multiples récepteurs indépendants (Récepteur = minuscules protéines à la surface de la plupart des cellules. Les récepteurs agissent comme des “boutons” sur les cellules et, lorsqu’ils sont activés par des composés qui s’y attachent, ils indiquent à la cellule ce qu’elle doit faire ou ne pas faire, par exemple en retardant la recapture des neurotransmetteurs endogènes, tels que l’adénosine et l’anandamide.

Le CBD fonctionne comme un antagoniste en bloquant ou en désactivant GPR55 – un autre récepteur couplé à la protéine G. Le CBD fonctionne comme un antagoniste qui bloque ou encore désactive un autre récepteur couplé aux protéines G, appelé GPR55.

Le CBD a un effet thérapeutique différent en fonction du récepteur ou du canal ionique activé.

Pourquoi le CBD ne fonctionne-t-il pas sur tout le monde ?

Vous avez peut-être décidé d’essayer le CBD après avoir vu les déclarations faites à son sujet. Après l’avoir essayé pendant plusieurs semaines ou encore plusieurs mois, vous n’avez constaté aucune amélioration ou aucun changement sur votre état de santé. Vous n’êtes pas seul dans ce cas-là. Mais, avant de tourner le dos au CBD, il y a quatre raisons légitimes qui peuvent expliquer pourquoi le CBD ne fonctionne pas sur vous,

Mauvais dosage

C’est une question importante pour les utilisateurs de CDB. Les effets du CDB varient d’un individu à l’autre. Il est ainsi difficile de donner un conseil unique pour tous sur la posologie à suivre lorsqu’il s’agit de CBD. Le fait de ne pas prendre la bonne dose au bon moment limite vos chances d’en tirer pleinement profit. Des facteurs tels que l’âge, les antécédents médicaux, le sexe, l’état de santé, le poids et l’origine ethnique peuvent avoir une incidence sur le dosage.

Il est conseillé de commencer doucement et d’aller lentement. En commençant avec une petite dose et en l’augmentant lentement après 4 ou 5 jours, vous trouverez ce qu’on appelle votre juste équilibre ou “sweet spot”. C’est à ce niveau de dosage, que vous activez votre système endocannabinoïde.

Produit de mauvaise qualité provenant de sources contestées

La CDB fait l’objet de surmédiatisation et de nombreux consommateurs se retrouvent pris dans la tourmente avec les nombreuses fausses informations annoncées. Le CBD est disponible partout, des entreprises en ligne aux magasins de vente libre. Cela soulève une inquiétude quant à sa qualité, surtout dans un secteur qui n’est pas encore réglementé par la Food and Drug Administration (FDA). Cela offre aux escrocs une occasion parfaite de gagner rapidement de l’argent en vendant des produits à base de CBD de mauvaise qualité qui ne sont pas aussi puissants qu’on le prétend.

Si vous utilisez un produit à base de CBD particulier pendant des semaines ou encore des mois et que vous ne voyez pas de résultat, vous devrez peut-être essayer un autre produit à base de CDB. De nombreux consommateurs de CBD ont essayé différentes marques jusqu’à ce qu’ils en trouvent une qui leur convienne. Voici quelques éléments à prendre en compte lorsque vous choisissez un produit à base de CBD de qualité :

Portez une attention toute particulière aux avis des consommateurs en ligne sur les différents produits

Vous pouvez en trouver ici, sur notre site internet ainsi que sur d’autres sources fiables de la toile.

Sélectionnez des produits à base de CBD de marques reconnues

Au fil des ans, certaines marques se sont fait un nom dans l’industrie du CDB, grâce à la qualité de leurs produits. Vous pouvez sélectionner un produit dans cette liste de produits à base de CBD appréciés, et vous n’aurez pas à vous soucier de la qualité du produit que vous achetez.

Demandez la preuve d’un test effectué par un tiers

Renseignez-vous sur les preuves d’un test réalisé par une tierce partie. Les tests en laboratoire peuvent vous renseigner sur la quantité de CBD présente dans le produit.

Donnez-lui du temps

La chimie physiologique de notre corps est unique et chacun de nous réagit différemment au CDB. Si certaines personnes peuvent obtenir des résultats de manière instantanée, cela n’est pas le cas de tout le monde. Le CDB pourrait ne pas fonctionner pour vous aussi rapidement que vous le voulez. Il peut s’écouler des semaines ou des mois avant que vous ne commenciez à remarquer les changements escomptés. Vous devez ainsi respecter votre posologie pendant des semaines avant d’arrêter de consommer une marque particulière de CBD.

Échec de l’essai d’un autre système de livraison

Le CDB existe sous diverses formes telles que l’huile de colza, les teintures, les bonbons, les crèmes à application topique et les capsules. Si vous avez essayé un procédé d’administration sans résultats positifs, vous devriez envisager d’en essayer un autre. Cependant, lorsque vous choisissez le procédé d’administration, la biodisponibilité devrait être le principal facteur déterminant. Elle régule la quantité de CBD qui finit par se retrouver dans votre sang. Par exemple, les teintures sont absorbées plus rapidement dans le sang que les bonbons qui doivent passer par le tube digestif avant d’être intégrés.

Attentes erronées

Les médias font beaucoup de bruit autour de ce que le CBD est capable de faire. De nombreux consommateurs ont essayé le CBD, mais ils ont été déçus par des attentes irréalistes. Il est essentiel de s’informer sur ce que le CBD peut réellement réaliser.

“Le CBD aide à soulager la douleur, le stress et l’anxiété. Il a tous les avantages de la marijuana sans la sensation de planer”.

Jennifer Aniston (Actrice, productrice de films et femme d’affaires)

Avantages du CBD

Les recherches sur le CBD et le réseau neuronal, liées à l’anxiété, indiquent que lorsque la teneur en CBD est élevée, les récepteurs sérotoninergiques 5-HT1A (hydroxytryptamine) s’activent. Ce qui apporte un effet anxiolytique. Le récepteur couplé à la protéine G active de nombreux mécanismes biologiques et neuronaux. Particulièrement mais pas seulement liés à l’appétit, l’anxiété, la dépendance, la perception de la douleur, la nausée, le sommeil et le vomissement.

Le sommeil

Il y a un corps de recherche qui suggère que le CBD aide les personnes atteintes de troubles du sommeil. Pour ce qui est de ses effet sédatifs, le CBD active les récepteurs GABA et sérotoninergiques du système endocannabinoïde du cerveau. Ces récepteurs jouent un rôle important dans la régulation de l’humeur et de l’anxiété, ce qui est crucial pour le sommeil. GABA inhibe les excès d’activité dans le cerveau, et permet ainsi la relaxation.

L’anxiété

Les recherches laissent entendre que le CBD a des effets calmants qui soulage les problèmes d’anxiété dans le système nerveux central. Le CBD opère ainsi en activant les récepteurs sérotoninergiques. D’après Dr. James Murrough, responsable du programme sur les conditions liées à l’humeur et à l’anxiété de l’université de médecine Icahn au Mont Sinai, cette activation augmente le taux de sérotonine dans le cerveau, ce qui a pour conséquence d’améliorer votre humeur.

La dépression

Il existe un nombre limité d’évidences supportant le fait que le CBD peut soigner la dépression. Cependant, les recherches réalisées depuis 2014 fournissent des informations importantes sur les raisons pour lesquelles le CBD est considéré comme un traitement contre la dépression utile. L’interaction positive du CBD et des récepteurs sérotoninergiques dans le cerveau est considérée comme un élément crucial lors des thérapies de gestion de la dépression.

La douleur

Le CBD a été jugé efficace pour soulager la douleur en raison de ses propriétés anti-inflammatoires. Il réduit l’inflammation et facilite le sommeil en agissant sur d’autres récepteurs du système endocannabinoïde. La majorité des preuves scientifiques qui soutiennent cette affirmation proviennent de recherches qui se basent sur les animaux. A ce jour, il existe peu d’évidences provenant de recherches sur les humains, à part les témoignages.

L’épilepsie

Epidiolex, un produit à base de CBD, a été récemment autorisé par la FDA pour traiter les crises d’épilepsie pour les personnes étant atteintes par Lennox-Gastaut syndrome (LGS) et le syndrome de Dravet, depuis deux ans ou plus.

La neuroprotection et les maladies neurodégénératives

Les propriétés anti-inflammatoires du CBD sont considérées comme étant prometteuses pour le traitement des maladies dégénératives. Selon la NCBI, l’inflammation est responsable de la perte de neurones dans le système nerveux. Ce qui entraîne par la suite un déclin des fonctions motrices et cognitives, causant ainsi la cascade de symptômes neurodégénératifs.

L’arthrite

Selon une étude réalisée sur des animaux et publiée dans l’European Journal of Pain, le CBD réduit l’inflammation et les signes de douleurs liés à l’arthrite sans aucun effet secondaire. Les chercheurs ont remarqué une baisse des sensations de douleurs liées à l’arthrite lorsqu’une crème est appliqué tropicalement pendant quatre jours aux rats. Comme toujours, des évidences cliniques supplémentaires sur les humains sont requises pour confirmer cette affirmation.

Le diabètes

Une étude réalisée en 2015 affirme que le CBD présente des effets anti-inflammatoires chez les rats. Un excès d’inflammation a été documenté comme affectant la croissance des résistances à l’insuline et de diabètes de type 2. Cela peut avoir des effets bénéfiques chez les humains.

En 2016, des chercheurs de l’université de Nottingham, au royaume-uni, ont démontré que le CBD associé au tétrahydrocannabivarine (THCV) diminue le taux de glucose dans le sang et augmente la production d’insuline chez les personnes atteintes de diabètes de type 2.

Ce que vous devez savoir

La dose

Les adeptes du CBD vous diront que vous ne pouvez faire d’overdose avec le CBD, que vous pouvez en prendre autant que vous voulez jusqu’à ce que vous atteignez votre limite. La prudence est garantie vu que 2.5 mg/kg pris deux fois par jour (5 mg/kg/day) est la dose de départ recommandée pour les produits à base de CBD autorisés – Epidiollex chez les enfants et les adultes. La dose peut être doublée après une semaine, ce qui correspond à 10 mg/kg/jour, si la personne ne voit aucun effet positive. Cependant, la dose maximale recommandée est de 20 mg/kg/jour pour les enfants et les adultes.

Combien de temps dure l’action du CBD, reste dans le corps ?

A quelle fréquence peut-on prendre du CBD et combien de temps doit-on attendre avant de sentir ses effets ?

Medline Plus recommande que les produits à base de CBD autorisés – Epidiolex doit être pris deux fois par jour, et la dose maximale ne doit pas dépasser 20 mg.

Les organismes sont différents, et les effets du CBD peuvent se manifester après 5 minutes ou plus en fonction de l’individu. Selon NIH, le CBD est détectable dans les fluides corporels jusqu’à 30 jours ou même davantage, après la dernière utilisation. La durée durant laquelle le CBD reste dans votre corps dépend de la dose, de la fréquence d’utilisation, de votre âge, du gendre, de votre indice de masse corporelle, et votre groupe ethnique.

Cependant, il n’existe pas de données précises à l’heure actuelle sur la durée durant laquelle le CBD reste dans votre système, étant donné que les études sont toujours en cours. La règle générale est que cela met en moyenne une semaine pour que le CBD disparaisse complètement de votre corps.

Les effets secondaires du CBD

Certaines études montrent que l’utilisation du CBD peut avoir de nombreux effets secondaires tels que :

  • Sécheresse buccale
  • Diarrhée
  • Diminution de l’appétit
  • Changements d’humeur
  • Fatigue
  • Nausée
  • Somnolence
  • Nausée
  • Vomissement

La pneumonie et un taux faible d’oxygène dans le sang ou les tissus sont des effets secondaires peu fréquents du CBD.

Les lésions du foie, les hypersensibilités médicamenteuses, et les pensées suicidaires font partie des rares effets secondaires provenant de l’utilisation des produits à base de CBD.

Effets indésirables

Une étude a révélé que le CBD peut causer des effets indésirables tels que des troubles digestifs, de l’irritabilité, de la somnolence, et une aggravation des crises épileptiques chez les enfants atteints d’épilepsie réfractaire.

Interactions médicamenteuses

Bien que cela peut varier d’une personne à l’autre, le CBD interagit de manière néfaste avec de nombreux médicaments. Selon Medline Plus, l’utilisation simultanée de CBD et d’un des médicament compris dans la liste ci-dessous peut nuire au corps humain. Il est conseillé de ne pas prendre de CBD avec ces médicaments. La liste complète est disponible ici.

  • Acide valproique
  • Clobazam
  • Eslicarbazepine
  • Topiramate
  • (Substrats de cytochrome P450 1A1 (CYP1A1))
  • (Substrats de cytochrome P450 1A2 (CYP1A2))
  • (Substrats de cytochrome P450 1B1 (CYP1B1))
  • (Substrats de cytochrome P450 2B6 (CYP2B6))
  • (Substrats de cytochrome P450 2C9 (CYP2C9))
  • (Substrats de cytochrome P450 3A4 (CYP3A4))

Un futur prometteur

Le CBD est une substance non psychoactive dérivée des plants de chanvre et de cannabis. Il ne vous fait pas “planer”, contrairement au THC. Avec une cote de popularité qui ne cesse de s’accroître et l’autorisation du CBD à travers le monde, on peut dire que le CBD est là pour durer. Des résultats prometteurs chez les animaux apparaissent montrant que le CBD est efficace et sûr. Cependant, il faut tout de même faire attention jusqu’à ce que des recherches en double aveugle, placebo, et des essais cliniques soient réalisés pour vérifier les affirmations faites.

A la vitesse à laquelle les études concernant l’efficacité du CBD sont réalisées, le futur apparaît lumineux. Il est conseillé de prendre contact avec son médecin traitant avant de commencer un traitement à base de CBD.

Clause de non-responsabilité médicale

La loi sur les aliments, médicaments et produits cosmétiques exige que nous vous informions que l’efficacité, en tant que traitement pour les conditions médicales, des produits à base de CBD ou de CBDV n’a pas été confirmée par les études validées par la FDA. Les informations contenues dans ce document n’a pas pour objectif de diagnostiquer, traiter, soigner ou prévenir les maladies.

Sources

Alvarez, FJ et al. (2008). Neuroprotective effects of the nonpsychoactive cannabinoid in hypoxic-ischemic newborn piglets. Pediatric research, 64(6): 653-8. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18679164

Ashton, CH et al. (2005). Cannabinoids in bipolar affective disorder: a review and discussion of their therapeutic potential. Journal of psychopharmacology, 19(3): 293-300. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15888515

Bakas, T et al. (2017). The direct actions of cannabidiol and 2-arachidonoyl glycerol at GABAA receptors. Pharmacological research, 119: 358-370. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28249817

Baron, EP. (2015). Comprehensive Review of Medicinal Marijuana, Cannabinoids, and Therapeutic Implications in Medicine and Headache: What a Long Strange Trip its Been…Headache, 55(6): 885-916. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26015168

Bradford, Alina (2017, May 18). What is THC? LiveScience. Extrait de : https://www.livescience.com/24553-what-is-thc.html

Booz, GW (2011). Cannabidiol as an emergent therapeutic strategy for lessening the impact of inflammation on oxidative stress. Free radical biology and medicine, 51(5): 1054-61. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21238581

Boychuk, DG, et al. (2015). The effectiveness of cannabinoids in the management of chronic nonmalignant neuropathic pain: a systematic review. Journal of oral & facial pain and headache, 29(1): 7-14. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25635955

Brooks, PL and JH Peever. (2008). Unraveling the mechanisms of REM Sleep Atonia. Sleep, 31: 1473-91. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2579970/

Carlini, EA and JM Cunha. (1981). Hypnotic and antiepileptic effects of cannabidiol. Journal of clinical pharmacology, 21(8-9Suppl): 417S-427S. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7028792?dopt=Abstract

Chagas, MH et al. (2014). Cannabidiol can improve complex sleep-related behaviours associated with rapid eye movement sleep behaviour disorder in Parkinson’s disease patients: a case series. Journal of clinical pharmacy and therapeutics, 39(5): 564-6. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24845114

Cunha, JM et al. (1980). Chronic administration of cannabidiol to healthy volunteers and epileptic patients. Pharmacology, 21(3): 175-85. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7413719?dopt=Abstract

Crippa, JM (2011). Neural basis of anxiolytic effects of cannabidiol (CBD) in generalized social anxiety disorder: a preliminary report. Journal of psychopharmacology, 25(1): 121-30. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20829306?dopt=Abstract

de Mello Schier AR et al; Antidepressant-like and anxiolytic-like effects of cannabidiol: a chemical compound of Cannabis sativa; NCBI; d2014. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24923339

Deutsch, DG. (2016). A Personal Retrospective: Elevating Anadamide (AEA) by Targeting Fatty Acid Amide Hydrolase (FAAH) and the Fatty Acid Binding Proteins (FABPs). Frontiers in Pharmacology, 7: 370. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27790143

Elikotil, J et al. (2009). The Analgesic Potential of Cannabinoids. Journal of Opioid Management, 5(6): 341-57. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3728280/

Fernandez-Ruiz J et al; Cannabidiol for neurodegenerative disorders: important new clinical applications for this phytocannabinoid? ; NCBI; Février 2013. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22625422

Guindon, J and AG Hohmann. (2009). The endocannabinoid system and pain. CNS & Neurological Disorders Drug Targets, 8(6): 403-21. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19839937

Hampson, AJ et al. (1998). Cannabidiol and (-)∆9-tetrahydrocannabinol are neuroprotective antioxidants. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 95(14): 8268-8273. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC20965/

Hsiao, Y-T et al. (2012). Effect of cannabidiol on sleep disruption induced by the repeated combination tests consisting of open field and elevated plus-maze in rates. Neuropharmacology, 62(1): 373-384. Extrait de : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0028390811003467

Hortes n Chagas, M et al. (2013). Effects of acute systemic administration of cannabidiol on sleep-wake cycle in rats. Journal of Psychopharmacology, 27(3). Extrait de : http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0269881112474524

Huestis, MA (2007). Human Cannabinoid Pharmacokinetics. Chemistry & Biodiversity, 4(8): 1770-1804. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2689518/

Jadoon, Khalid A; Efficacy and Safety of Cannabidiol and Tetrahydrocannabivarin on Glycemic and Lipid Parameters in Patients With Type 2 Diabetes: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Parallel Group Pilot Study;| Diabetes Care ; Octobre 2016

https://www.diabetes.co.uk/news/2015/Apr/cbd-compound-in-cannabis-could-treat-diabetes,-researchers-suggest-95335970.html

Kwon, Diana (2016, 22 janvier). Can Cannabis Treat Epileptic Seizures? Scientific American. Extrait de : https://www.scientificamerican.com/article/can-cannabis-treat-epileptic-seizures/

Laprairie, RB (2015). Cannabidiol is a negative allosteric modulator of the cannabinoid CB1 receptor. British Journal of Pharmacology, 172(20): 4790-4805. Extrait de : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/bph.13250/abstract

Leweke, FM (2012). Cannabidiol enhances anadamide signaling and alleviates psychotic symptoms of schizophrenia. Translational Psychiatry, 2(3): e94. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3316151/

Mackie, K. (2008). Cannabinoid receptors: where they are and what they do. Journal of Neuroendocrinology, Suppl 1: 10-4. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18426493

Mannucci, C et al. (2017). Neurological aspects of medical use of cannabidiol. CNS & Neurological Disorder Drug Targets. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28412918

Massi, P. (2008). 5-Lipoxgenase and anadamide hydrolase (FAAH) mediate the antitumor activity of cannabidiol, a non-psychoactive cannabinoid. Journal of neurochemistry, 104(4): 1091-1100. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18028339

McAllister, SD et al. (2015). The antitumor activity of plant-derived non-psychoactive cannabinoids. Journal of neuroimmune pharmacology, 10(2): 255-67. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25916739

de Mello Schier, AR et al. (2014). Antidepressant-like and anxiolytic-like effects of cannabidiol: a chemical compound of Cannabis sativa. CNS & Neurological Disorders Drug Targets, 13(6): 953-960. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24923339

Morgan, CJ et al. (2013). Cannabidiol reduces cigarette consumption in tobacco smokers: preliminary findings. Addictive behaviors, 38(9): 2433-6. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23685330

Murillo-Rodriguez, E et al. (2014). Potential effects of cannabidiol as a wake-promoting agent. Current Neuropharmacology, 12(3): 269-272(4). Extrait de : http://www.ingentaconnect.com/content/ben/cn/2014/00000012/00000003/art00006

Natural Medicines Therapeutic Research. Cannabidiol. (2017, April 3). Extrait de : https://naturalmedicines.therapeuticresearch.com

Pazos, MR et al. (2013). Mechanisms of cannabidiol protection in hypoxic-ischemic newborn pigs: role of 5HT(1A) and CB2 receptors. Neuropharmacology, 71: 282-91. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23587650

Pertwee, RG (2005). Pharmacological actions of cannabinoids. Handbook of experimental pharmacology, (168): 1-51. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16596770

Prud’homme, M et al. (2015). Cannabidiol as an intervention for addictive behaviors: a systematic review of the evidence. Substance abuse, 9: 33-8. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4444130/

Reggio, Patricia H.Endocannabinoid Binding to the Cannabinoid Receptors: What Is Known and What Remains Unknown; NCBI; 4 août 2014. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4120766/?source=post_page——-

Robson, PJ (2014). Therapeutic potential of cannabinoid medicines. Drug testing and analysis, 6(1-2): 24-30. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24006213

Russo, E and GW Guy. (2006). A tale of two cannabinoids: The therapeutic rationale for combining tetrahydrocannabinol and cannabidiol. Medical hypotheses, 66(2)234-246. Extrait de : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987705004317

Russo, EB (2008). Cannabinoids in the management of difficult to treat pain. Therapeutics and clinical risk management, 4(1): 245-259. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2503660/

Saito, VM et al. (2012). Cannabidiol modulation of neuroinflammatory disorders. Current neuropharmacology, 10(2): 159-66. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3386505/

Wolf, SA et al. (2010). Cannabinoid receptor CB1 mediates baseline and activity-reduced survival of new neurons in adult hippocampal neurogenesis. Cell communication and signaling: CCS, 8:12. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20565726/

Zuardi, AW et al. (2006). Cannabidiol, a cannabis sativa constituent, as an antipsychotic drug. Brazilian journal of medical and biological research, 39(4): 421-9. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16612464?dopt=Abstract

Zuardi, AW (1953). Effects of ipsapirone and cannabidiol on human experimental anxiety. Journal of psychopharmacology, 7(1 Suppl): 82-8. Extrait de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22290374?dopt=Abstract

Understanding CBD Report | Bright Field Group https://www.brightfieldgroup.com/library/understanding-cbd-report

Analysis: Nearly 7 percent of American uses CBD cannabis compound https://www.pressherald.com/2019/02/25/analysis-nearly-7-percent-of-americans-use-cbd-cannabis-compound/

CBD vs THC: The Difference Explained; CBD Origin; Medium; Aaron Cadena; 30 septembre 2018 https://medium.com/cbd-origin/cbd-vs-thc-the-difference-explained-b3cfc1da52f0

Cowen’s Collective View of CBD; Cowen Outperform; Cowen Research et al; 25 février 2019 https://www.cowen.com/reports/cowen-collective-view-of-cbd/

CBD Goes Mainstream – Consumers Report, Lisa L. Gill, 11 avril 2019 https://www.consumerreports.org/cbd/cbd-goes-mainstream/

DEA says Hemp Derived CBD Oil Products are Federally Legal; Anavii Market; Jason Amatucci; 18 avril 2019. https://www.anaviimarket.com/blogs/news/dea-says-hemp-derived-cbd-oil-products-are-federally-legal

New data show Americans are turning to CBD as a cure-all for the modern condition; Quartz; Dan Kopf and Jenni Avins; 15 avril 2019. https://qz.com/1590765/survey-shows-americans-use-cbd-to-treat-anxiety-and-stress/

Marijuana is legal for medical purposes in 33 states; Vox; German Lopez; 10 mai 2019 https://www.vox.com/identities/2018/8/20/17938366/medical-marijuana-legalization-states-map

CANNABIDIOL (CBD) Critical Review Report | World Health Organization https://www.who.int/medicines/access/controlled-substances/CannabidiolCriticalReview.pdf

Cannabidiol (CBD) – what we Know, and what We Don’t | Harvard Health Publishing https://www.health.harvard.edu/blog/cannabidiol-cbd-what-we-know-and-what-we-dont-2018082414476

Cannabinoid Receptor 1 Gene by Cannabis Use Interaction on CB1 Receptor Density; NCBI; Ariel Ketcherside et al; 1er août 2017https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5628563/

Neuroimaging in cannabis use: a systematic review of the literature; NCBI; Martins Santos R et al; 23 juillet 2009 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19627647

Fonctions exécutives et autorégulation ; Centre de l’enfant en développement https://developingchild.harvard.edu/science/key-concepts/executive-function/

Comment fonctionne le CBD ? | Projet CBD https://www.projectcbd.org/science/how-cbd-works

Récepteur | Projet CBD https://www.projectcbd.org/cannabis-terms/receptor

Anandamide | Projet CBD https://www.projectcbd.org/cannabis-terms/anandamide

Guide du consommateur de CBD https://www.projectcbd.org/how-to/cbd-user-guide

Labeling Accuracy of Cannabidiol Extracts Sold Online; Jama Network; Marcel O. Bonn Miller et al; 7 novembre 2017. https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2661569

Transdermal cannabidiol reduces inflammation and pain-related behaviours in a rat model of arthritis; NCBI; D.C. Hammell et al; Janvier 2016. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4851925/

An Update on Safety and Side Effects of Cannabidiol: A Review of Clinical Data and Relevant Animal Studies| Mary Ann Liebert, Inc; Kerstin iffland; 1er Juin 2017 https://www.liebertpub.com/doi/10.1089/can.2016.0034

Seizure| CBD-enriched medical cannabis for intractable pediatric epilepsy; Michal Tzadok ; Février 2016.https://www.seizure-journal.com/article/S1059-1311(16)00005-4/fulltext https://doi.org/10.1016/j.seizure.2016.01.004

VOUS AVEZ AIME CET ARTICLE ? PARTAGEZ-LE !
Diana Rangaves
Diana Rangaves
PharmD, Clinical Consultant, Google Scholar
Dr. Diana Rangaves is Doctor of Pharmacy (Pharm D). She graduated from the University of California, San Francisco and specializes in pharmacotherapy management. Diana has a broad range of acute clinical background and ambulatory care. She was an academic college professor; teaching critical thinking, ethics, pharmacology, addiction, behavior patterns, pharmacy, and nursing. As a Clinical Pharmacist, she is focused on chronic or disease state management.

En savoir plus

Les sélections Leafreport pour la meilleure huile de CBD
Nous suivre
Clause de non-responsabilité
Tout le contenu du site LeafReport, tels que les écrits, graphiques, images et tout autre matériel présenté sur le site de LeafReport a été créé à des fins informationnelles uniquement. Le contenu n'est pas destiné à remplacer l'avis d'un professionnel de santé, un diagnostique, ou un traitement. Consultez toujours l'avis de votre médecin traitant ou d'un autre professionnel de santé pour toute question concernant votre condition médicale. Ne négligez pas l'avis d'un professionnel de santé ou ne retardez pas votre visite chez le médecin en raison d'un élément que vous avez lu sur le site LeafReport !